Consommateur, si tu savais…

Le Blog d'Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir

[2008-11] Mobile : les prix pourraient enfin baisser ! # Métro

Par Alain BAZOT, Président de l’UFC-Que Choisir

Saviez-vous que quand un abonné d’Orange est appelé par un ami de chez SFR, Orange, à chaque minute qui passe, facture 6,5 centimes à SFR. Bien entendu SFR, comme les autres d’ailleurs, répercute le coût de cette sorte de droit de passage sur le prix des abonnements… C’est ce que l’on appelle la « terminaison d’appel ».  Celle-ci n’impacte pas uniquement le marché de la téléphonie mobile, car si appeler un portable depuis un téléphone fixe coûte cher, c’est parce que le prix est gonflé lui aussi par cette fameuse terminaison d’appel.

Ce type de facturation se justifie, encore faudrait-il que son montant soit en rapport avec les coûts réels… Or, on en est loin ! Selon la Commission européenne, qui est bien décidée à remédier à la situation, les opérateurs ne devraient pas réclamer plus de 2 centimes d’euros par minute à leurs concurrents, contre 6.5 cts aujourd’hui. Ce qui signifie qu’un important réajustement doit être effectué.

C’est précisément ce que vient de proposer l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARCEP). Son objectif est d’atteindre 3 centimes dans deux ans. N’en déplaise aux leaders historiques, Orange et SFR qui brandissent l’éternelle menace d’une augmentation des prix payés par les consommateurs, on doit saluer ce projet. L’argument d’une hausse des prix ne peut en effet convaincre. La terminaison d’appel est totalement neutre pour ces opérateurs, voire rentable car en réalité ils reçoivent beaucoup plus qu’ils ne paient !

Désormais, il s’agit de transformer ce projet en véritable décision. L’ARCEP a ouvert la voie pour qu’une baisse drastique des prix intervienne. Il reste à espérer qu’elle tienne bon et ne change pas de direction sous la pression des opérateurs. L’UFC Que Choisir, et au-delà l’ensemble des consommateurs, ne comprendrait pas qu’elle n’aille pas jusqu’au bout du chemin.

:: Source : Article publié dans le quotidien Métro, le 19 novembre 2008