Consommateur, si tu savais…

Le Blog d'Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir

Archive pour la catégorie ‘Transports’

Scandale Volkswagen : évitez de participer à des courses de vitesse prématurées

mardi 17 novembre 2015

scandale Volkswagen

Si en ces temps bien sombres, parler consommation peut paraître bien léger, je ne peux manquer au vu des nouvelles révélations d’hier sur l’affaire Volkswagen, plus particulièrement sur une erreur dans les émissions de CO2, de revenir sur ce scandale, d’autant qu’il n’a pas manqué, comme à chaque fois, de susciter des réactions et initiatives sur le terrain de l’indemnisation des consommateurs concernés.

De nombreux sites ont ainsi vu le jour dont un, récemment, en lien avec le barreau de Paris… Alors que certains ont pu s’étonner de l’absence de l’association de consommateurs de référence sur ce terrain judiciaire, il importe de clarifier certains points autour de cette affaire pour inviter les uns et les autres à la clairvoyance et à la patience…

Rappelons tout d’abord que, né aux Etats Unis, le scandale autour de la tricherie de Volkswagen concerne avant tout le système Nox sur les émissions d’azote… Or, si les seuils de la réglementation étaient contraignants aux Etats Unis depuis 2004 et portés à la connaissance des consommateurs américains,  c’est seulement depuis le 1er septembre dernier, avec la norme euro 6b, que ces seuils deviennent exigeants en Europe, et il ne semble pas que les consommateurs aient eu d’informations sur ces sujets (notamment via les fiches techniques des véhicules).

De même, à l’heure actuelle, est-il très difficile de démontrer un réel préjudice économique, seul préjudice indemnisable dans le cadre d’une action de groupe. Et les actions en cours me direz-vous ? D’abord, il ne s’agit pas d’action de groupe. Ensuite, les actions intentées proposent avant tout de se joindre, par le biais d’une plainte, à l’enquête préliminaire ouverte par le Parquet de Paris pour tromperie aggravée… Or, l’enquête étant déjà ouverte, il y a bien peu d’intérêt à déposer à nouveau plainte, et en tout cas il serait aberrant de ne payer que pour ça ! Que les consommateurs se rassurent, en cas d’avancées dans la plainte du Parquet de Paris, il sera toujours possible de se constituer partie civile.

Parmi les différentes actions menées, l’une d’entre elles a donc été lancée via la nouvelle plateforme du barreau de Paris. Elle appelle plusieurs remarques et interrogations. Il s’agit en effet, comme l’indique le site, d’un dépôt d’une plainte qui « fera l’objet d’une convention d’honoraires forfaitaires pour un montant fixé par principe à 500 € HT (soit 600 € TTC). » Or, une question se pose : ce montant est-il valable pour la seule plainte ou pour toute la procédure pénale ? En outre, nous sommes circonspects sur l’évaluation d’un préjudice estimé entre 10 % et 20% du prix du véhicule neuf. On se demande bien sur quelle base un tel montant peut être ainsi avancé. Les consommateurs doivent donc savoir qu’aucune garantie quant au résultat promis, notamment quant au montant d’une éventuelle indemnisation, n’est assurée… Bref, aujourd’hui, il me semble que l’attitude la plus adaptée et responsable est de ne pas céder à la précipitation, ne pas se laisser séduire par des sirènes un peu trop prometteuses. L’association se réserve bien évidemment le droit d’utiliser cette procédure si un préjudice économique avéré et non indemnisé par Volkswagen apparaissait. Il faut d’ailleurs rappeler que l’UFC-Que Choisir, qui dénonce depuis des lustres, sur la base de ses tests, les décalages entre les émissions et consommations alléguées avec les conditions réelles d’utilisation de bon nombre de véhicules, n’est pas restée spectatrice dans ce scandale. Nous avons, avec notre Bureau européen, le BEUC, agi auprès de Volkswagen et de la Commission européenne pour que des solutions soient proposées aux consommateurs concernés. Par ailleurs, nous sommes membre de  la commission d’enquête mise en place par le gouvernement et avons, dans ce cadre, pesé sur le protocole de tests et entendons suivre de près les résultats. En tout état de cause, pour répondre aux principales interrogations, j’invite les consommateurs à prendre connaissance du question-réponse élaboré par l’association.

Qualité des trains régionaux : quand certains propos déraillent…

mardi 9 juin 2015

transports

Le moins que l’on puisse dire est que  lancement de la dernière campagne de l’UFC-Que Choisir sur la qualité des transports régionaux n’a pas laissé indifférent et fait réagir. Nous aurions pu nous attendre au soutien des Régions, en charge des transports régionaux. Si certains élus régionaux ou candidats aux prochaines élections ont effectivement relayé positivement notre appel à la mise en place d’une tarification à la qualité, notamment en région Rhône-Alpes, tel n’est pas vraiment le cas du Syndicat des Transports d’Ile de France. En effet,  le vice-président du Conseil régional en charge des transports, Pierre Serne, s’est fendu de tweets rageurs prenant la défense de la SNCF et de la RATP contre les voyageurs. Pour lui, la piètre qualité dans la région capitale est de la responsabilité des voyageurs, qui ont le mauvais goût de venir se suicider sur les rails ou déposer des colis suspects. A ses yeux, révéler au grand jour, comme nous venons de le faire, que les retards dans les trains d’Ile-de-France touchent plus d’un demi-million de personnes chaque jour serait le « summum de la démagogie et du populisme ».

Il s’agit pourtant d’une œuvre utile, car sans prise de conscience, les conditions de transports resteront durablement dégradées.  Les lourds investissements des collectivités n’ont pas d’effet sur la  ponctualité des trains régionaux, et notamment des TER, qui s’est dégradée en dix ans. L’année dernière, un abonné aura subi en moyenne plus d’un incident (retard ou annulation) par semaine. Et encore ! Les chiffres officiels ne prennent en compte ni les retards de moins de 6 minutes, ni les annulations de train annoncées jusqu’à la veille au soir. Des désagréments durement vécus par les usagers, mais répertoriés nulle part. Dans ce combat au long cours pour une meilleure qualité, j’appelle tous les voyageurs à la mobilisation.

Signez la pétition « Payons en fonction de la qualité » pour que le prix des abonnements au train baisse quand la qualité se dégrade durablement. Et téléchargez l’application gratuite pour smartphones Anti-retards pour signaler facilement tous les incidents rencontrés dans vos trajets en TER, RER et Transiliens, et nous aider ainsi à avancer vers la constitution d’un observatoire indépendant et participatif de la qualité dans les trains régionaux.

La qualité des trains régionaux est un combat. Avec vous, l’UFC-Que Choisir est plus que jamais décidée à le gagner !