Consommateur, si tu savais…

Le Blog d'Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir

Fibre optique – Rencontre avec Eric Besson : l’UFC-Que Choisir et le Ministre à l’unisson

Suite à la communication de l’UFC-Que Choisir [fr] sur ses craintes de voir émerger un monopole qui priverait le consommateur d’un vrai choix et le rendrait totalement captif, Monsieur Besson, Secrétaire d’Etat chargé de la Prospective, de l’Evaluation des politiques publiques et du Développement de l’économie numérique, interpellé par ce message, a souhaité nous rencontrer.

Lors de notre entretien, j’ai rappelé au Ministre que la course à laquelle se livrent les Fournisseurs d’Accès Internet pour installer la fibre dans les immeubles donne le sentiment, pour paraphraser l’ARCEP, que l’on est dans « le grand Far West ». C’est un peu à qui aura le plus grand territoire. Chaque opérateur agit de son côté et personne ne sait si un jour on aura une vraie concurrence et une vraie interopérabilité des systèmes.

Le meilleur à ce petit jeu est Orange qui déploie une énergie considérable pour gêner ses petits camarades. En effet, d’une part ce dernier implante ses points de mutualisation, c’est à dire le lieu où les différents FAI viendront se connecter à son réseau, en pied d’immeuble, ce qui implique pour un opérateur voulant fournir ses services de demander une autorisation pour intervenir, ce qui est long. D’autre part, Orange n’informe personne sur la localisation de ses infrastructures, ce qui ne permet pas à la concurrence de proposer ses services aux consommateurs.

Eric Besson sensible à nos arguments s’est dit convaincu que « le point de mutualisation ne peut être à l’intérieur des immeubles ». Il a même déclaré : « Le point de mutualisation doit se situer dans un lieu qui offre la même facilité d’accès à tous les opérateurs. Je serai attentif à ce que le choix du lieu de la mutualisation ne crée pas de déséquilibre entre les opérateurs ». Le Ministre a également ajouté : « Un opérateur ayant fibré un immeuble doit en informer les autres pour que ces derniers puissent, à leur tour, proposer leurs services ».

Tout cela semble aller dans le bon sens. J’espère que ces bonnes intentions ne resteront pas de vaines paroles et que Monsieur le Ministre et l’UFC-Que Choisir resteront à l’unisson !

Déjà 9 commentaires, publiez le vôtre !

  1. Le 24 avril 2008 à 9:22, par Julien

    :question:
    Sortir le point de mutualisation de l’immeuble ne signifie t il pas devoir l’installer dans la rue ? les accords de voierie ne sont ils pas très long à obtenir ? voir parfois impossible comme à Paris ?

    Nous venons en réunion de copropriété de donner notre accord à Orange. Dans la convention que nous venons de signer, il est explicitement indiqué que nous acceptons que les autres opérateurs puissent entrer dans l’immeuble et venir se connecter au point de mutualisation d’Orange. Pourriez vous expliquer sur quelle base vous affirmez le contraire ? La convention d’Orange serait elle mensongère ?

  2. Le 24 avril 2008 à 23:40, par michelR

    Je ne suis pas certain que le choix de mutualiser à partir du NRO soit « techniquement » pertinent. Cela signifierait qu’à partir du NRO il y aurait une fibre par abonné, à savoir ce qu’on appelle du point à point, ce qui se traduit par de gros câbles dans la boucle locale. A l’inverse, une mutualisation en pied d’immeuble permet un accès aussi en mode point/multipoint, ce qui signifie qu’une fibre partant du NRO dessert 64 abonnés, grâce à une cascade de découpleurs (appelés usuellement splitters), ce qui veut dire « petits câbles ». Connaissant le peu d’espace dans les fourreaux dans les grandes villes comme Paris, il vaut mieux cette dernière solution. A moins de passer par les égouts ou de mettre le paquet dans le génie civil. Mais je vois mal qui pourrait sortir le chéquier.
    Désolé d’avoir été un peu trop technique.

    Encore une chose. La mutualisation en pied d’immeuble pose un problème, à savoir: qui va installer la colonne montante commune, ce qui n’est déjà pas simple. La mutualisation à partir du NRO va poser un autre problème: qui va poser la boucle locale commune… et ça va être pire.

    Alors qu’il suffirait d’un décret qui interdise aux Syndics de refuser l’accès aux immeubles aux opérateurs et un autre qui obligerait les opérateurs à rendre public leurs points de mutualisation installés.

    Je pense que ce genre de revirement n’aide pas la fibre optique.

    Peut-être que je vois les choses trop simplement.

  3. Le 26 avril 2008 à 1:16, par Chocolat

    @michelR : Le point de mutualisation en dehors de l’immeuble n’implique pas qu’il soit forcément au niveau du NRO.
    Même si j’avoue que ça m’inquiète un peut, sans être spécialiste, je peut imaginer qu’en fonction du site cette obligation sera une simple formalité ou un casse-tête insoluble…

    La mutualisation… enfin, le dégroupage d’un client qui est en mode point/multipoint (PON/GPON/etc…) est possible au niveau du NRO, cela a été suffisamment répété par les promoteurs de cette technologie. Mais, et c’est un « mais » de taille, cette technologie rend le dégroupage extrêmement dépendant de l’opérateur/équipementier qui a fibré un client en premier.
    Et c’est bien, a mon avis, le principale « intérêt » (du moins en zone urbaine) de cette technologie : mettre des bâtons dans les roues de la concurrence.

    L’occupation des fourreaux a Paris semble être un faux problème. Le problème semble plutôt être les modalités de mutualisation de ces fourreaux. De toute façon certains opérateur passe déjà par les égouts.

  4. Le 28 avril 2008 à 17:58, par Tony de la Montagne

    @michelR : C’est clair qu’il est parfois plus économique de se rapprocher de l’immeuble/ Mais où UFC-Que Choisir a raison, c’est que si Orange fait la mutualisation dans des parties privées, un lieu nécessitant des autorisations ou difficile d’accès, c’est la fin des autres opérateurs sur le marché de la fibre !
    Et puis, il n’y a pas que le NRO dans la vie :-D L’essentiel s’est juste de se situer en amont du bâtiment, après, chaque opérateur peut faire ce qu’il veut en accédant comme bon lui semble aux équipements.
    C’est vrai que le point à point implique plus de câbles… mais certains fourreaux de FT peuvent être optimisés (supprimer des câbles obsolètes, regrouper les petits câbles qui occupent de la place inutilement, etc…). Crois-moi, je sais de quoi je parle ! :lol:
    Et puis on peut également agrandir les installations, car parfois on se sent un peu à l’étroit là-dedans :evil:
    Le prochain texte de loi ??? Oui, il apporte des réponses… mais tu trouves avantageux de fibrer ton immeuble sans être sûr et certain que demain tu pourras choisir ton fournisseur d’accès internet ? Je crois que tu vas avoir des surprises… Enfin, ce n’est que mon avis !

  5. Le 28 avril 2008 à 20:26, par Cat Bauer

    @ Julien & michelR : Certains opérateurs, comme Free, louent des appartements ou des locaux pour installer les équipements qui permettent aux concurrents de se raccorder à leurs réseaux ! :!:

    @ Julien : La convention avec Orange n’a aucune valeur juridique pour ses concurrents, elle ne leur donne pas un droit d’accès aux copropriétés : ils ne peuvent intervenir sans demander une autorisation à la copropriété pour avoir accès au point de mutualisation ! Cette autorisation est longue à obtenir notamment car l’Assemblée Générale ne se déroule qu’une fois par an !
    Je ne sais pas si tu es dans une grande copro Julien, mais j’attire ton attention sur un point, si chaque fois que quelqu’un change de FAI, qu’un nouveau locataire ou propriétaire entre dans ta copro cela veut dire que tu as potentiellement une intervention !!! Et dans une grande copro, comme la mienne, cela arrive plusieurs fois par mois que les gens changent de FAI ! :mad:

  6. Le 28 avril 2008 à 22:07, par michelR

    Finalement, on parle de quelle mutualisation ? Celle des fourreaux allant du NRO aux immeubles? Celle des câbles allant dans ces fourreaux ? Celle des fibres de la colonne montante dans chaque immeuble ?
    Le terme mutualisation est trop générique. Dire qu’il la faut à partir du NRO ou d’un lieu extérieur aux immeubles, finalement ça ne veut rien dire, à mon avis. Dans tous les cas, les opérateurs se confronteront à la même réticence (ou lenteur) des syndics, lorsqu’il faudra installer la colonne montante. Et ça ne sera pas parce que l’un fait obstacle à l’autre. Alors si Orange fait déjà 90% du boulot de ce côté-là, les autres opérateurs devraient plutôt se frotter les mains, non? Qu’ils se mettent d’accord aux niveaux des invests et qu’il y ait des règles qui soient respectées. La concurrence se jouera aux niveaux des services ensuite, je pense.

  7. Le 17 juin 2008 à 16:25, par SNIDA

    Le plan fibre est un plan cable bis. A chaque fois que le consommateur ne paye rien (pour le câblage de son immeuble)il paye en réalité plusieurs fois le coût réel. Le bon sens voudrait que la copropriété se paye (éventuellement avec financement) son propre réseau de communication interne et fasse payer un droit de passage aux opérateurs. Cela résoudrait les problemes de qualité et de propreté de câblage, de maintenance, de sécurité pour l’accès à la copropriété et le coût pour la collectivité serait moindre!

  8. Le 16 juillet 2008 à 6:45, par BACTERIE

    :-P je partage complètement l’idée de SNIDA les plans des FAI sur la fibre optique sont un véritable scandale. Bien sur il y aurait peut être des surprises de coût pour se faire sa propre installation de communication, de fibre optique dans son immeuble,…….. Mais pourqu’oi pas y réfléchir….Le financement? Franchement ce n’est pas un problème..et si on était des millions à le demander…
    HAAAAA!!!je rève de virer ces prestataires FAI…..avec leurs prestations minables, de mauvaise qualité…
    OUI OUI OUI au droit de passage dans chaque immeuble pour les opérateurs OUI OUI OUI à la liberté de pouvoir les virer quand leurs prestations : installations techniques,propreté,sécurité, relations avec le client, hot ligne, rédaction des contrats, la qualité des bouquets, la qualité des programmes télé, la qualité des prestations internet et téléphones sont minables etc….
    Alors VOUS que CHOISIR ,que j’apprécie,lancez donc cette proposition d’une grande envergure au niveau NATIONAL…. vous verrez le nombre de réponses positives.Votre standart va sauter, :lol: Votre Siège aussi.. nous savons par qui… Mais je rève, je rève.. mais que cela fait du bien.. Merci de vos articles, de vos enquêtes……

    Bactérie

  9. Le 17 octobre 2008 à 19:33, par Aberg

    Bonjour,
    Actuellement, les communes investissent pour mettre en place des relais WiMax dans nos
    campagnes. Indépendamment des problèmes liés aux ondes électromagnétiques, il existe un
    autre moyen de connecter à Internet haut débit ces zones rurales:
    ­Les courants porteurs, ou plus précisément, CPL­Outdoor: http://www.cpl­france.org/
    Seulement voila, EDF n’a pas l’autorisation d’être opérateur de télécommunications, l’outdoor
    n’existe qu’au point de vue expérimental pour le moment.
    Une région qui avait opté pour cette technologie, a été contrainte d’abandonner ce projet suite
    à un procès émanant de France­Télécom?

Publiez votre commentaire !

Vos coordonnées

(publié)

(non publié)

(publié, si indiqué)

* : Champ à remplir obligatoirement.

Votre commentaire

Tout commentaire publicitaire, abusif, hors-sujet (pas en rapport avec le billet) ou diffamatoire ne sera pas publié.

>>> Il ne m'est pas possible de répondre à vos questions et demandes via les commentaires du blog :

Pour toute question, utilisez la voie postale pour me contacter.

Et pour tout litige, contactez l'Association Locale UFC-Que Choisir la plus proche de votre domicile.

Illustrez vos propos avec ces binettes ! Placez-vous, dans le texte, à l'endroit où vous voulez l'insérer et cliquez sa représentation graphique ci-dessous.

N.B. : Pour mettre en forme votre commentaire, vous pouvez utiliser les balises XHTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>