Consommateur, si tu savais…

Le Blog d'Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir

Articles liés au mot clé ‘dépassements’

Dépassements d’honoraires : quand le ministère fait dire ce qu’il veut aux chiffres

lundi 10 mars 2014

calculetteStupeur (et agacement) jeudi dernier, à la lecture d’un communiqué de presse du ministère de la Santé intitulé « Baisse des dépassements d’honoraires : les résultats sont là. » Ah bon ? Marisol Touraine a donc repris à son profit la «positive attitude» prônée par Jean Pierre Raffarin il y a quelques années ? Car il faut une sacrée dose d’optimisme pour parler de « résultats » et « d’inversion de tendance » quand la baisse en question est un petit… -0,4 % du taux moyen de dépassement chez les spécialistes entre 2012 et 2013. Ce communiqué qui vante une « baisse » et des « résultats » est d’ailleurs paradoxalement dépourvu de chiffres ! Surtout, Madame Touraine omet de dire que si le taux moyen de dépassement frémit à la baisse, le nombre de médecins spécialistes facturant des dépassements est orienté à la hausse (42,9 % en 2013 contre 42,3 % en 2012 !). Les jeunes spécialistes ont en effet tendance à s’installer en secteur 2, ce qui diminue les chances de trouver un médecin au tarif opposable et augmente les dépassements totaux… Enfin, le communiqué glisse que le « contrat d’accès aux soins » contribue à la baisse des dépassements… sauf qu’il est entré en vigueur en décembre ! Bref, s’agissant des dépassements de bornes, le ministère de la Santé a franchi celles de l’autosatisfaction.

Dépassements d’honoraires : quand l’indignation de la CNAM sonne faux

mardi 8 octobre 2013

feuilledesoins

Chiffres contre chiffres, parole contre parole ? Après le communiqué du mois dernier où l’UFC-Que Choisir dénonçait la hausse des dépassements d’honoraires entre juillet 2012 et juin 2013, le patron de l’Assurance maladie a durement critiqué notre méthodologie autant que nos chiffres. Là où nous pointions une hausse des honoraires pour au moins trois catégories de spécialistes (pédiatres, gynécos, ophtalmos), Frédéric Van Roekeghem rétorque et met en avant une baisse des tarifs pour chacune de ces spécialités. Alors qui croire ? Le patron de l’Assurance maladie devrait commencer par comparer… ce qui est comparable ! Là où nos chiffres, basés sur des relevés tarifaires, concernent la période juillet 2012-juin 2013, il ne parle que du premier semestre 2013 ! Pire : l’organisme a communiqué sur le montant total des dépassements facturés aux consommateurs (alors que nos chiffres précisaient le dépassement moyen par acte). Or de l’aveu même de l’Assurance maladie, le nombre total d’actes facturés a baissé ! Ce qui ne dit rien de l’évolution des tarifs à l’acte, or c’est bien cela qui impacte les Français au quotidien.

Dans le contexte actuel d’appel à l’ouverture des données de santé, je déplore que l’UFC-Que Choisir doive sortir une étude avant que l’Assurance maladie ne dévoile ses propres chiffres quelques heures après, en clamant un peu vite que les nôtres sont erronés. Car il ne fait aucun doute qu’elle est la mieux placée pour connaître et traiter les données relatives aux dépassements. Il est grand temps, désormais, que la transparence prévale et que ces informations soient accessibles à la société civile. Au passage, je relève que le syndicat des pédiatres (spécialité pour laquelle nous avons constaté la hausse des dépassements la plus forte : 7 %) n’infirme en rien cette inflation mais au contraire tente de la justifier. Et je formule le vœu que, l’an prochain, notre étude puisse enfin se baser sur les données exhaustives de l’Assurance-maladie.

Pour une remise à plat des tarifs conventionnels !

jeudi 17 janvier 2013

feuilledesoins

De nombreux internautes se sont émus des prises de position de l’UFC-Que Choisir s’agissant des dépassements d’honoraires, nous soupçonnant de phobie aigue des médecins (ou iatrophobie). Entendons-nous bien : l’un des remèdes à l’inflation des dépassements est bel et bien la revalorisation des tarifs conventionnels ! Une vaste remise à plat des tarifs opposables doit être effectuée, aboutissant à une hausse de certains tarifs (chez le généraliste par exemple)… et à la baisse de quelques autres (comme en radiologie).

Mais il faut aller plus loin et repenser, revaloriser tout le mode de rémunération des médecins –surtout des généralistes- en sortant du paiement à l’acte qui comporte des effets pervers indubitables. Les généralistes comptent actuellement parmi les praticiens les moins bien rémunérés, alors qu’ils sont la porte d’entrée du dispositif ! Cette refonte pourrait passer par une montée en puissance de la rémunération au forfait et des primes à la performance.

Ce chantier des tarifs est le préalable nécessaire à la limitation progressive des dépassements, et, à terme, à leur disparition que j’appelle… de mes vœux !

Marisol Touraine met la pédale 12 sur les déserts médicaux

mercredi 19 décembre 2012

deserts

La semaine dernière était décidément celle des fétichistes du 12 ! Pour lutter contre la désertification médicale, Marisol Touraine vient de présenter un plan de… 12 mesures. Mais ce chiffre magique, symbolique, ne fera pas de miracle ici non plus, tant il aurait mieux valu une seule mesure forte en lieu et place de ces 12 mesurettes, ce saupoudrage délicat à haute teneur en inefficacité ! Les propositions de la ministre de la Santé ressemblent à une guirlande de slogans : « 200 praticiens territoriaux de médecine générale dès 2013 » (face aux millions de Français qui vivent dans un désert médical ça risque d’être un peu juste !),  «garantir un accès aux soins urgents en moins de 30 minutes », « conforter les centres de santé »… Des idées très en-deçà de l’enjeu.

Le gouvernement a donc choisi la voie de l’incitation, espérant réussir par des propositions timides là où ses prédécesseurs ont échoué. Dommage que François Hollande ne s’en soit pas tenu à ses promesses de campagne : limiter l’installation de médecins dans les zones surdotées et plafonner les dépassements d’honoraires ! Plutôt que de faire mine de s’occuper des déserts, le Président de la République ferait mieux de s’occuper des trous… de mémoire !

Médecins et réseaux de soins : un lobby trop zélé ?

vendredi 7 décembre 2012

feuilledesoins

Après le sketch de la négociation des honoraires, voilà que certains lobbies de médecins livrent bataille contre une proposition de loi sur les réseaux de soins mutualistes.

Fin octobre, les négociations ont échoué à limiter réellement les dépassements d’honoraires. Sur ce est arrivé en discussion au Parlement un texte déposé par le député Bruno Le Roux visant à conforter les réseaux de soins créés par les mutuelles, qui conventionnent des professionnels de santé. Ce dispositif permet d’obtenir des baisses de tarif et, nous dit-on, de contrôler la qualité des soins. De leur côté les assurés voient leur reste à charge réduit. D’après la députée Fanélie Carrey-Conte, rapporteure du texte, les réseaux offrent « des tarifs moyens inférieurs de 30 % aux tarifs des autres professionnels. » Un effort appréciable quand on sait que plus de 15 % des assurés ont déjà renoncé aux soins pour des raisons budgétaires…

Je suis favorable à ce système en plein essor, à la condition expresse de préserver une totale liberté pour les assurés de se faire soigner en dehors du réseau. Mais il ne soulève pas, et c’est un euphémisme, un enthousiasme délirant chez les professionnels de santé, qui poussent les hauts cris à la moindre tentative de toucher à leur autonomie tarifaire.

Conséquence : les députés, qui ont adopté le texte, l’ont amendé afin d’exclure toute possibilité de baisse de tarif chez les généralistes et les spécialistes, ce qui en réduit sérieusement l’intérêt -surtout s’agissant des spécialistes, plus enclins aux dépassements d’honoraires ! Cette restriction a été soutenue par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Or le texte visait à assurer la sécurité juridique des réseaux de soins, qui concernent aujourd’hui principalement les opticiens, dentistes et audioprothésistes. Ce faisant le dispositif n’interdit pas la création de réseaux de médecins, mais ils ne pourront pas proposer de baisse de tarif, ce qui en réduit sérieusement l’intérêt ! Les médecins se protègent donc de l’extension de réseaux de soins qui actuellement ne les concernent pas, voulant à tout prix éviter qu’ils viennent un jour marcher sur leurs plates-bandes et limiter leur liberté d’honoraires. On n’est jamais trop prudent !! Reste à savoir ce que les sénateurs feront de ce texte qui n’est pas encore à leur ordre du jour…