Consommateur, si tu savais…

Le Blog d'Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir

Articles liés au mot clé ‘Facebook’

Protection des données, un compromis constructif

Vendredi 25 octobre 2013

facebook

Le règlement européen sur la protection des données que j’attendais avec impatience a fait l’objet d’un vote déterminant, lundi par les eurodéputés de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen. Alors que de plus en plus d’internautes s’inquiètent de la protection de leurs données personnelles -vous avez été nombreux à signer la pétition Je garde la main sur mes données-, le résultat du vote, maintes fois reporté et fruit d’un large compromis, est, globalement, à la hauteur des attentes. Les droits des consommateurs en sortent renforcés s’agissant de la maîtrise des données.

Déposé en janvier 2012 par la commissaire Viviane Reding, le projet a pourtant fait l’objet de fortes pressions par les grands groupes Internet américains (Google, Facebook…). Il faut croire que l’actualité chargée autour des affaires Prism et Snowden auront eu le mérite de remettre les pendules à l’heure. Le texte adopté prévoit ainsi que l’exploitation de toute donnée personnelle d’un citoyen européen par une entreprise de pays tiers devra se faire dans le respect du standard européen.

Parmi les mesures phares, le consentement du consommateur ne pourra être obtenu que pour un traitement de ses données qui n’est pas excessif par rapport à sa finalité, et aucun consentement ne pourra être considéré comme valide en vue du traitement de données appartenant à des tiers (scanning de répertoire par exemple, suivez mon regard…). Toute violation de données personnelles fera par ailleurs l’objet d’une notification aux personnes concernées (cette information du consommateur n’existait jusqu’alors que pour les services de télécom !). Le projet renforce également la  protection des données dès la conception en obligeant les responsables de traitement à verrouiller par défaut les paramètres permettant la diffusion de vos données. Concernant le droit à l’oubli, les eurodéputés lui ont préféré le terme « droit à l’effacement » à ma plus grande satisfaction. Car si l’idée est séduisante, elle reste en pratique trompeuse pour le consommateur : dans l’environnement numérique et technologique actuel, le droit à l’oubli reste une chimère, rien ne permettant d’assurer à un consommateur que la donnée dont il a demandé l’effacement à un instant « t » ne réapparaîtra plus jamais.

Les grands principes sont posés et renforcés, reste maintenant à les appliquer. A cet égard, la question du « guichet unique » a fait beaucoup parler d’elle. Dans le texte voté lundi, l’autorité compétente sera celle du pays du responsable du traitement, mais le règlement renforce l’obligation de coopération avec les autorités des pays des consommateurs concernés ; un consommateur français pourra toujours déposer plainte auprès de la CNIL. S’il s’agit là d’améliorations significatives, le projet est amené à évoluer puisqu’il doit encore faire l’objet de négociations entre la Commission, le Parlement européen et les Etats membres en vue de son adoption définitive avant les élections européennes de mai 2014.

Facebook tombe sur un os

Vendredi 6 septembre 2013

facebook2

Dans son insatiable appétit pour vos données personnelles, Facebook a proposé le 29 août une nouvelle politique de confidentialité, modifiant les conditions d’utilisation et sa politique d’utilisation des données. Cette nouvelle mouture –ô surprise !- ne va pas vraiment dans le sens d’une plus grande protection des utilisateurs. Six associations américaines de défense de la vie privée s’en sont émues, et ont saisi la Federal Trade Commission (l’agence fédérale de protection des consommateurs) en lui demandant de bloquer la mise à jour proposée par le réseau social. Du coup, le géant américain vient de décider qu’il allait prendre le temps de passer en revue les commentaires des internautes ulcérés, et de clarifier les éléments de langage utilisés. En d’autres termes : le réseau social ne renonce pas, mais marque une pause et repousse de quelques jours la mise en œuvre de sa « proposition ».

En l’occurrence, le terme de proposition est purement théorique puisqu’il y a peu de chances que ces changements soient remis en cause, malgré une avalanche de commentaires désapprobateurs. Quels sont ces changements ? Désormais vous ne « communiquerez » plus vos informations sur Facebook : vous les « partagerez » ! Le réseau social a aussi élargi le nombre de données personnelles qu’il s’autorise à récupérer : votre numéro de portable, votre système d’exploitation mais aussi vos localisations successives intéressent dorénavant le site américain. Même les appareils que vous utilisez pour vous connecter, Y COMPRIS VOS IDENTIFIANTS, pourront maintenant tomber aux mains du géant. Les utilisateurs (dont un grand nombre de Français) dénoncent en chœur une proposition peu claire et refusent catégoriquement l’utilisation de leurs données personnelles. Quelle que soit l’issue de ce bras de fer, et plus que jamais, je vous incite à… garder la main.

Signez la pétition « Je garde la main sur mes données » !

Jeudi 27 juin 2013

banniere-je-garde-la-main-sur-mes-donnees

Des millions d’internautes partagent leurs données personnelles (messages, photos, vidéos) avec leur entourage sur les réseaux sociaux sans savoir que ces mêmes réseaux peuvent les utiliser, les modifier ou les transmettre… Cette information sensible est savamment noyée au milieu des conditions générales.

L’UFC-Que Choisir vous propose de dire stop à ces pratiques inadmissibles et lance une campagne de mobilisation intitulée « Je garde la main sur mes données» !

Rejoignez le mouvement ! Ensemble, exigeons une réelle protection de la vie privée et la non utilisation de nos données à notre insu. Facebook, Twitter, Google + : les réseaux sociaux ne doivent plus pouvoir nous mettre à nu ! Signez la pétition et diffusez la bannière…

Facebook a un message pour vous

Jeudi 18 avril 2013

facebook2

On n’arrête pas le progrès, n’est-ce pas ? De ce point de vue, les dirigeants de Facebook mettent un point d’honneur à nous surprendre sans arrêt ! Rarement en bien, hélas. La dernière innovation ? Le réseau social entend faire payer l’envoi des messages privés vers la boîte de réception des membres qui ne sont pas vos contacts directs ! Vous souhaitez organiser un anniversaire surprise pour votre meilleur ami, et informer ses contacts par message privé, surprise oblige ? Il vous en coûtera 0,78 euros par message (espérons que vous n’aviez pas prévu d’inviter trop de monde !)

Le service est déjà testé au Royaume-Uni. Bientôt la France aura aussi le « privilège » d’essayer ce nouveau service. Cerise sur le gâteau : plus le destinataire est connu, plus le message vous coûte ! Contacter le rappeur Snoop Dogg serait facturé près de 12 euros aux fans inconditionnels. Et si vous voulez attirer l’attention de Mark Zuckerberg sur le caractère injuste de sa nouvelle trouvaille, il faudra débourser la coquette somme de 100 dollars (76,6 euros). Un pas de plus dans la monétisation rampante de Facebook…

La vie privée, un concept dépassé !

Vendredi 22 janvier 2010

facebook

Voilà quelques temps que Facebook, le réseau social le plus célèbre au monde (avec la bagatelle de 350 millions d’inscrits) fait polémique auprès des internautes. En cause : les atteintes à la vie privée engendrées par les nouveaux paramétrages de Facebook. Désormais, votre nom, votre photo de profil, sexe, ville de résidence, liste d’amis et pages dont vous êtes fan sont des données publiques. N’importe qui peut les rechercher et les consulter.

Cette petite révolution avait donné des doutes à nombre d’utilisateurs. Mais le doute n’est plus permis : Mark Zuckerberg, le fondateur du site, a donné il y a quelques jours une réponse on ne peut plus claire aux questions : oui, la protection de la vie privée est un concept dépassé ! A l’occasion d’une conférence, le tout jeune (25 ans) PDG de Facebook a asséné : « Les gens sont à l’aise, non seulement avec le fait de partager plus d’informations différentes, mais ils sont également plus ouverts, et à plus de personnes. La norme sociale a évolué ces dernières années. »

Les blogs, le succès de Twitter et Facebook le prouvent : maintenant, tout le monde se fiche éperdument de sa vie privée ! Puisqu’on vous le dit… Le problème c’est qu’on a la nette impression que Facebook impose une nouvelle norme, plutôt qu’il ne l’accompagne. Or, la firme avait tout intérêt à une telle réforme : en rendant publiques davantage d’informations, elle multiplie de façon exponentielle le nombre de pages lues, donc le montant des recettes publicitaires !

Dans ces conditions, une décision s’impose : Dédé ça-va-couper, le héraut de l’offensive anti-Hadopi, a le regret de vous annoncer son départ de Facebook. Comme moi, comme beaucoup d’entre vous, Dédé a sa pudeur, et entend garder pour lui et ses amis ses informations personnelles. Dans la mesure où Facebook ne lui offre plus cette possibilité, il s’en va ! Et tant pis si certains trouvent ça ringard…