Consommateur, si tu savais…

Le Blog d'Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir

Articles liés au mot clé ‘Linky’

Linky, des réponses qui sonnent CRE

Lundi 14 octobre 2013
Hausse EDF

Après la parution de notre étude sur le surcoût engendré par la généralisation des compteurs Linky pour les abonnés, la Commission de régulation de l’électricité (CRE) a tenu à répondre. Je tiens à faire le point sur ses affirmations :

Linky, c’est gratuit
C’est ce qu’essaie de nous dire la CRE. En réalité, il est plus exact d’affirmer que la généralisation de Linky va s’effectuer sans surcoût direct, c’est-à-dire que le compteur évolué est gratuit à l’installation. Sauf que nous allons tous le payer via le tarif d’utilisation du réseau public d’électricité (TURPE), le coût de l’opération devant bien être compensé d’une façon ou d’une autre ! Si Linky était vraiment gratuit, les économies liées à la baisse du coût de gestion du réseau (disparition des relevés physiques, etc.) devraient revenir au consommateur et se traduire par une baisse du TURPE. Or ces gains de productivité vont au contraire servir à financer l’opération Linky. La réponse de la CRE (« Il n’y aura globalement pas d’impact sur la facture du consommateur ») prend ici tout son sens… Sans compter que l’absence de surcoût est conditionnée au respect des dépenses prévues par ERDF et la CRE, ce qui n’est pas garanti dans un tel projet !

Linky ne pose pas de problème d’adaptation des abonnements aux besoins réels
Selon l’UFC-Que Choisir, plus de la moitié des consommateurs ont un abonnement inadapté à la puissance réellement appelée. Linky risque de les contraindre à changer d’abonnement. Au-delà de la question du nombre de foyers touchés, Linky pose la question de l’adéquation entre les besoins réels et la puissance d’abonnement. Et je m’étonne de voir que la CRE ne répond que sur les «sous-abonnés», les «sur-abonnés» ne semblant pas constituer un problème. Je réclame donc une adaptation des abonnements, qui doivent être ajustés au plus près des besoins réels des ménages. La CRE annonce qu’il sera techniquement possible d’ajuster plus finement la puissance souscrite à la consommation… Reste qu’entre la faisabilité technique et la réalité, il y a un monde ! Il faut des engagements rapides sur ce point, car l’adaptation des grilles tarifaires va imposer une mutation des systèmes d’information des distributeurs et des fournisseurs qui doit être achevée à l’installation des compteurs !

Linky permet de maîtriser ses dépenses d’énergie
A voir ! L’information sur sa consommation est effectivement un premier pas vers les économies d’énergie… si on y a accès ! Dans 50 % des cas, le compteur se trouve en dehors du lieu de vie, ce qui en complique sérieusement la surveillance. Certes, avance la CRE, « les données seront consultables gratuitement sur un site internet ». Encore faut-il avoir internet ! Selon une étude de l’INSEE, en 2011 plus d’un tiers des ménages n’avaient pas d’accès à internet chez eux, pour des raisons budgétaires, d’âge ou de compétence. Résultat : une discrimination entre usagers du service public, ceux qui ont accès à leurs données de consommation et les autres. Ma proposition : que les foyers qui le souhaitent puissent être équipés sans surcoût d’un afficheur déporté leur permettant d’accéder facilement à l’information.

Bref, il reste beaucoup à faire pour confirmer l’utilité de Linky, dont la généralisation coûtera la bagatelle de 4 milliards d’euros…

Facturation des compteurs Linky

Mardi 30 novembre 2010

ampoule

Suite à un certain nombre de questions d’internautes sur ma note de blog consacrée aux compteurs d’électricité Linky, je souhaite apporter quelques précisions. Lorsque j’indique que le coût des compteurs reste à la seule charge du consommateur, cela ne signifie pas que le changement de compteur sera facturé directement au client. En fait, le compteur (entre 120 et 140 euros) et son installation entrent dans le coût de gestion du réseau : nous le paierons via une augmentation de notre facture d’électricité d’1 à 2 euros par mois. Cela a été acté par un décret publié le 2 septembre dernier, qui dispose que le système de comptage (expérimentation et généralisation) est financé par le tarif d’utilisation du réseau public d’électricité. S’il est vrai que les usagers n’auront donc pas à subir le coup de fusil d’une facture unique d’installation des compteurs, ils en supporteront bien la charge, diluée sur les prochaines factures. Voilà qui va encore alourdir la douloureuse