Consommateur, si tu savais…

Le Blog d'Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir

Vente de médicaments en ligne : posologie insuffisante côté concurrence !

secu

La vente de médicaments sans ordonnance est autorisée sur internet depuis cette année. Mais il s’en est fallu de peu que le principal bénéfice à espérer pour le consommateur (la baisse des prix) ne fasse les « frais » de cette réforme ! L’UFC-Que Choisir avait été consultée quant à l’arrêté relatif aux bonnes pratiques de vente de médicaments sur internet. Une première version prévoyait en effet que les prix en ligne devraient obligatoirement être les mêmes qu’en officine. Autrement dit, avec les frais de port le consommateur s’en serait tiré pour plus cher qu’en pharmacie, un comble ! Le texte qui vient d’être publié est plus équilibré : les prix sont libres, et les garanties quant à la sécurité satisfaisantes. Mais il n’exonère pas les pharmacies françaises de la concurrence déloyale de leurs homologues étrangères ! En effet, les officines hexagonales ont interdiction d’avoir recours au référencement payant et aux comparateurs de prix en ligne. Voilà qui ouvre un boulevard à leurs concurrents étrangers… sur lesquels les autorités françaises n’ont aucun contrôle ! Une pilule difficile à avaler… Reste une question lancinante : maintenant que la question de la vente en ligne est tranchée, quid de la vente en grandes surfaces, toujours sous le contrôle permanent de pharmaciens ?

Déjà 15 commentaires, publiez le vôtre !

  1. Le 29 juin 2013 à 13:19, par Chantal

    Personnellement, je n’ai pas l’intention de commander des médicaments sur internet. Je mets mes baskets et je vais à la pharmacie. Je ne vais pratiquement jamais plus dans les supermarchés (1 à 2 fois par an). Je ne risque pas de tester le drive, alors que les employés font continuellement les mêmes gestes. C’est malheureux que les gens ne trouvent même plus le courage de mettre leurs courses dans le coffre de leur voiture.
    Je préfère la proximité, la chaleur humaine.

    Sommes-nous donc condamnés à rester les yeux rivés sur un écran ? Désolée, la vie est dehors !

  2. Le 4 juillet 2013 à 9:58, par Lucie

    La 1ère pharmacie est à plus de 10km de chez moi et pourtant je n’envisage pas d’achats en ligne (dont je suis pourtant adepte).
    Il serait intéressant de savoir quels types de médicaments sont vendus en ligne (là où cette pratique existe déjà). On doit pouvoir se passer de la plupart. En tout cas, pas de médicaments d’urgence (délai de livraison), pas de médicaments nécessitant une ordonnance (encore heureux!), tout ce qui est petits bobos est déjà vendu en moyennes et grandes surfaces, alors quoi? Si on veut un tube de ***, au cas ou, on peut s’approvisionner à l’occasion d’autres courses.
    Et si c’était l’occasion de se demander si on en a vraiment besoin?

  3. Le 5 juillet 2013 à 2:51, par Chantal

    Lucie, on ne remplacera pas le lien social par une « laisse » électronique. Internet et toutes ses composantes, ne sont que la nouvelle servitude, celle où l’on vous tient à coup d’abonnements, sous prétexte d’emplois, dans le but de mieux vous espionner. A moins de se réapproprier internet, ce qui n’est pas gagné, lorsque je vois que depuis les dernières révélations, personne autour de moi n’a quitté GMail, Face de bouc et Cie.
    Et ça continue….. :
    Géovélo, l’appli qui aide les cyclistes à choisir leur itinéraire
    http://www.01net.com/editorial/599225/geovelo-lappli-qui-aide-les-cyclistes-a-choisir-leur-itineraire/
    Mieux vaut ne pas sortir des chemins tracés, le pouvoir surveille faits et gestes. Téléphone et mails, destinataires et envoyeurs. Tout !
    Il y avait déjà Les Grandes Oreilles, le réseau Echelon, Prism. Le supercalculateur français est boulevard Mortier à Paris, sur trois niveaux, dans les sous-sols du siège de la DGSE.
    Nous sommes toutes et tous de possibles terroristes, criminels, violeurs, etc… en puissance.

    Les techniques se sont juste améliorées !

  4. Le 13 juillet 2013 à 13:16, par Eric

    Bonjour je suis pharmacien d’officine titulaire. La décision de mettre les médicaments en GMS est un choix politique, peut être une décision économique mais pas un choix de santé publique. En effet la FDA aux USA pointe les ravages de l’automédication en grande surface avec les surdoses de paracétamol.
    distribuer les médicaments avec un pharmacien disponible? Avec le passage des nombreux clients ce sera clairement rentable, mais est ce que le pharmacien sera réellement disponible pour autant de monde.
    On connaît la recherche de profit des GMS.
    Quel accès au dossier pharmaceutique?
    Quelle formation?
    Si on ne pense qu’au prix édidemment c’est peut être moins cher si on n’embauche moins de personnes qualifiées…
    Chez moi on est 3 pharmaciens, 7 préparateurs, et 3 apprentis…
    Tant pis pour vous, vous l’aurez cherché….

  5. Le 15 juillet 2013 à 16:43, par Chantal

    @ Eric : Je suis entièrement d’accord avec vous. On voit parfaitement où même cette politique à bas prix, et je précise que je ne suis pas dans le commerce. L’affaire de la viande de cheval n’a pas suffit. Attendons donc le grand scandale des médicaments à bas coût. Pendant ce temps, les chercheurs quittent la France vers d’autres cieux où ils sont mieux payés.
    Internet, supermarchés, et l’on enfonce le clou, encore et encore !
    Chose curieuse, j’ai dû m’arrêter dans un hypermarché, il y a quelques jours, il était quasiment vide de monde. Alors même, qu’au temps où j’y faisais toutes mes courses (chose que j’ai arrêté depuis plusieurs années), circuler dans les allées étaient un véritable calvaire, sans parler du temps perdu dans une des multiples queues pour accéder à une caisse.
    Un monde qui bouge, un monde qui avance parait-il…. Un monde qui se retrouve devant la grande rangée des fromages, téléphone portable à la main « chéri, je suis devant les camemberts, lequel tu préfères ? » C’est triste, ils n’ont même plus le temps d’en discuter à la maison ! Mais les voilà dehors, avec leur chariot vomissant d’articles à bas prix…. la fin du mois, on y pensera après.
    Et qu’importe, tout ce recycle maintenant, il faut donc consommer, consommer et jeter !
    Je suis contente de constater que tout le monde n’a pas que des connections « avec fil ou sans fil » dans le cerveau, la petite boucherie de mon quartier ne désemplit guère, tandis que des boutiques de fruits et légumes sortent des consommateurs au panier plein.

    D’ailleurs, même le Docteur Dupagne n’a pas changé d’avis sur ce sujet. Cela ne marchera pas en France !
    http://www.franceinter.fr/emission-linvite-du-57-dominique-dupagne-0

    Il est des choses dont il faut savoir mettre le prix, elles représentent toute l’énergie de petites mains, de cerveaux soucieux de bien faire, et pour cela il faut cesser de tirer les prix et revenus vers le bas.

  6. Le 21 août 2013 à 9:07, par medicaments

    Bonjour,

    Il est vrai que l’achat de médicaments en ligne est plus facile et plus rapide.Cela nous évite de perdre du temps à aller à la pharmacie,mais il faut tout de même bien choisir ces sites là.En effet,certains d’entre-eux ne sont pas vraiment…comment dire?Recommandables.Par contre,il y en qui nous procure un service exemplaire et des prix très abordables.

  7. Le 25 septembre 2013 à 18:42, par Chantal

    La vente de médicaments en ligne, fait le bonheur de la mafia :
    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/contrefacon-de-medicaments-le-nouveau-visage-du-crime-organise-25-09-2013-1734918_57.php

    Persistons, persistons, nous sommes sur la bonne voie, ne restera qu’à compter les morts. Car je connais une foule de gens qui ne lisent pas Que Choisir, à peine leur journal local et ne sont pas informés.

  8. Le 31 janvier 2014 à 14:32, par Vendre gratuitement en Belgique

    En général, commander en ligne est plus avantageux, surtout pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, on gagne beaucoup de temps et peut sélectionner les meilleurs en faisant une comparaison avec des autres vendeurs en ligne. Mais quand il s’agit des médicaments, c’est trop risqué de faire un acheter sans l’ordonnance du médecin. Les médicaments doivent être contrôlés et ne peuvent pas livré qu’avec autorisation. Ce qui semble difficile et reste le problème qui se pose. L’achat des médicaments en ligne n’est donc pas conseillé.

  9. Le 24 février 2014 à 22:02, par Agnes Lamoureux

    Pour bons nombres (dont je fais partie) le prix est un élément justifiant l’achat en ligne surtout sur des produits que j’ai l’habitude de consommer. Maintenant sans outil de référencement (comparateur de prix de médicament, référenceur professionnel) les officines françaises sont bien démunies face à leur concurrentes.

  10. Le 25 février 2014 à 20:43, par Chantal

    J’ai fréquenté des forums de santé, j’ai même été modérateur sur l’un d’eux. Ce que j’ai pu lire était plutôt inquiétant : « je veux mon Effexor et j’ai tapé sur la table du médecin jusqu’à ce qu’il m’écoute…! » « Il y a + de 10 ans que je prends du Stilnox, et je ne vois toujours pas d’éléphant rose, donc je continue…. ! » Et, dernièrement, « la vitamine D, j’en prends 2 fois par an et j’exige une prise de sang…! »
    J’avais envie de me reconnecter et de répondre « à quoi bon habiter en bord de mer… ».
    Alors oui, mettons les médicaments en grandes surfaces, en vente sur internet, les commerces (car il s’agit bien de commerces) n’en seront que plus heureux, surtout lorsque l’on sait qu’un français sur 10 a peur d’être malade !
    http://www.liberation.fr/societe/2014/02/23/un-francais-sur-dix-a-peur-d-etre-malade-meme-sans-aucun-symptome_982337

    En cas de petit creux, j’achète un peu plus,
    Au cas où je tombe malade, j’ai tout sous la main….

  11. Le 25 février 2014 à 21:51, par Chantal
  12. Le 17 mars 2015 à 12:12, par Rosa

    Effectivement quid de la vente en grande surface qui en réalité ne saurait tarder… L’expérience de la vente en ligne peut nous servir de test. Les consommateurs dont je fais partie achètent les médicaments en ligne par ce qu’ils y coûtent moins cher qu’en officine. Du moins sur Doctipharma c’est celui sur lequel j’achète. Si la vente en grande surface peut proposer des tarifs aussi intéressants qu’internet, alors les consommateurs préféreront peut être acheté directement les médicaments en grande surface dans la mesure où, grâce à la traçabilité, ils pourront avoir plus de garanties quant à la provenance des produits.

  13. Le 19 mars 2015 à 12:20, par Éric

    C une erreur de considérer le médicament comme la chose nécessaire et suffisante pour être en bonne santé. C une idée que l’industrie a réussi à vous mettre dans la tête.
    La consommation en tant que quantité de médicaments achetés est une dérive consumériste.
    Forcément si on libéralise le secteur, si on enleve un intermédiaire forcément on fait des économies d’argent.
    Mais on ne gagne pas en santé.
    Le métier de pharmacien repont à une équation squizophrénique entre commercial et juste consommation (=santé)
    L’indépendance du pharmacien lui permet de référencer des produits auxquels il croit.
    Moi je suis axe medecines douces
    Je suis pharmacien avec un diplôme de Nutritherapeute spécialise en problème de dépression troubles du sommeil burn out avec des compléments alimentaires et non des médicaments.
    Mon indépendance me permet d’orienter mes achats et mes ventes en fonction de ma personnalite et de mes convictions.
    Pas en GMS pas en vente en ligne qui sont bases sur la loi de l’offre et de la demande et sur des règles commerciales
    En gros ils vendent parce que ça se vend et pas parce que c non pour la santé.
    Où est la compétence et la défense de la santé.
    Je sais pertinemment qu’il y aura deux types de clients et deux façons d’acheter ses médicaments

    Je sais que ceux qui seront en bonne santé ça ne sera pas ceux qui iront en grande surface ou en vente en ligne: gavez vous de médicaments par des employés sans indépendance
    Des sites de ventes en ligne avec des noms français hébergés à l’étranger
    Bienvenue dans le monde libéral et mondialise

  14. Le 19 mars 2015 à 13:15, par Chantal

    @ Rosa : Il ne faudra pas vous plaindre lorsque les problèmes de médicaments achetés en grande surface apparaitront ! C’est comme l’alimentation, moins c’est cher, plus c’est trafiqué :
    http://www.dailymotion.com/video/x212b3e_charles-haquet-nous-plonge-dans-le-monde-des-trafics-alimentaires_news

    Bientôt, les médicaments gratuits grâce à Marisol Touraine ?

  15. Le 2 novembre 2015 à 23:00, par Chantal

    Grande-Bretagne : la e-pharmacie vendait des données patients
    http://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite/article/2015/10/26/grande-bretagne-la-e-pharmacie-vendait-des-donnees-patients_222766
    Commandez, commandez, même insatisfait il en restera toujours quelque chose pour quelqu’un d’autre !

Publiez votre commentaire !

Vos coordonnées

(publié)

(non publié)

(publié, si indiqué)

* : Champ à remplir obligatoirement.

Votre commentaire

Tout commentaire publicitaire, abusif, hors-sujet (pas en rapport avec le billet) ou diffamatoire ne sera pas publié.

>>> Il ne m'est pas possible de répondre à vos questions et demandes via les commentaires du blog :

Pour toute question, utilisez la voie postale pour me contacter.

Et pour tout litige, contactez l'Association Locale UFC-Que Choisir la plus proche de votre domicile.

Illustrez vos propos avec ces binettes ! Placez-vous, dans le texte, à l'endroit où vous voulez l'insérer et cliquez sa représentation graphique ci-dessous.

N.B. : Pour mettre en forme votre commentaire, vous pouvez utiliser les balises XHTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>